Dernier article
Actualité

Marseille – Forme exacerbée des difficultés du pays

Marseille est au coeur de l’actualité et les ministres du gouvernement s’y succèdent. C’est ainsi qu’aujourd’hui, Michel Sapin, en charge du ministère du Travail et Thierry Repentin, ministre délégué à la formation professionnelle, ont pris le relais de Manuel Valls. À l’ordre du jour de ces deux visites, l’emploi et la formation.

Le conseil interministériel du 6 septembre consacré à Marseille a en effet évoqué cet aspect, prévoyant la signature d’un contrat d’objectif avec les collectivités locales sur les contrats aidés et les emplois d’avenir, plus particulièrement destinés aux jeunes des quartiers populaires. Michel Sapin, en répondant aux questions de La Provence, évoque la politique suivie.

Vous êtes ministre de tutelle des commissaires au redressement productif nommés en région…

M.S. : Oui. Dans un premier temps, le ministère du Redressement productif est à la manoeuvre. Ensuite, si une diminution du nombre des salariés, un plan social ou une fermeture n’ont pu être évités, il est du devoir des services de mon ministère d’intervenir et d’accompagner.

Marseille est particulièrement touchée par le chômage. Le comité interministériel du 6 septembre a évoqué les emplois d’avenir et le contrat de génération pour tenter de l’endiguer. Quels en sont les mécanismes ?

M.S. : Les emplois d’avenir sont la première pierre. Le texte vient d’être voté et la loi sera effective dès novembre prochain, à Marseille et partout en France. Il s’agit de permettre à des jeunes sans diplôme, ou avec un premier niveau de qualification mais qui ne trouvent pas tout de suite un travail, d’acquérir une vraie première expérience, professionnelle et durable de 3 ans dans la plupart des cas, dans le secteur non marchand. Les zones les plus touchées par le chômage sont les premières concernées par ce dispositif que l’État soutien massivement. Marseille fera l’objet d’une attention toute particulière, puisque certains de ses quartiers sont en grande difficulté.

La seconde grande mesure sera le contrat de génération. Il concerne le secteur privé et touche à la fois les jeunes et les plus anciens. Il s’agit d’associer un jeune qui entre dans une entreprise avec un recrutement en CDI, et un senior maintenu dans son emploi. Il sera l’élément d’un transfert de compétences. Ce contrat de génération est actuellement entre les mains des partenaires sociaux qui négocient. J’ai bon espoir qu’ils aboutissent très vite, auquel cas le contrat sera applicable dès le début de 2013.�

La négociation dans les entreprises d’accords « contrat de génération » sera obligatoire et conditionnera les exonérations de cotisation existantes dans les entreprises de plus de 300 salariés. Pour les moins de 300 salariés, tout repose sur le volontariat, mais une aide financière importante sera apportée à l’entreprise qui conclura un contrat de génération. Nous pouvons espérer 500 000 embauches de jeunes dans ces contrats sur le quinquennat…

via Marseille | Emploi : « Marseille, forme exacerbée des difficultés du pays » | La Provence.

 

Advertisements

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Offres d’Emploi (États-Unis et Canada)

Follow News In English On Job Market Monitor

Saisissez seulement votre adresse courriel pour recevoir un courriel vous informant qu'un nouveau billet vient d'être publié

Joignez-vous à 847 autres abonnés

Suivez l’actualité @MoniteurEmploi sur Twitter

Suivez Le Moniteur de l’emploi et Job Market Monitor, en même temps, sur Facebook !

%d blogueurs aiment ce contenu :