Dernier article
Les politiques et la politique

Canada – Assurance-Emploi – Exempter les chômeurs participant à des mesures de développement de l’employabilité de l’application des nouvelles dispositions

Canada – Assurance-Emploi – Exempter les chômeurs participant à des mesures de développement de l’employabilité de l’application des nouvelles dispositions

L’un des éléments clés de la proposition de réforme de l’assurance-chômage est la création de trois catégories de prestataires d’assurance emploi.

Cette proposition, on l’aura tous compris, vise à réduire les transferts importants qu’opère le Régime vers les chômeurs récurrents, notamment dans les activités saisonnières. Mais comment ne pas se limiter à les pénaliser?

Les chômeurs fréquents

La réforme proposée touche environ les deux tiers des personnes qui reçoivent des prestations régulières d’assurance emploi : les prestataires occasionnels (32,6% des prestataires réguliers) et les prestataires fréquents (33,8%), dont la grande majorité (81,8% selon le rapport d’évaluation et de contrôle de RHDCC) manifeste des comportements saisonniers, comme le soulignait récemment Diane Bellemare. Selon cette proposition, ces chômeurs devront accepter des emplois à moindre salaire quelque soit leur champ d’expertise ou de formation.

Pourquoi un prestataire serait-il acculé à accepter un emploi moins rémunéré?

Le Régime oblige les prestataires à chercher un emploi. C’est la responsabilité que le Régime lui reconnait jusqu’à maintenant. Si les emplois qu’il trouve n’offre pas un salaire comparable au précédent, c’est d’abord qu’il manque d’emplois. La plupart de prestataires visés par ces mesures résident en effet dans des régions où le chômage est endémique. Et il ne sont pas responsable du déficit d’emplois mais en sont des victimes qui ont besoin d’aide. La proposition ne devrait pas les tenir responsables de cette situation. Certes, pénaliser ces chômeurs ne créera aucun nouvel emploi.

Mais s’ils ne sont pas responsables du déficit d’emplois, ces chômeurs sont responsables de leur employabilité. La réduction de leur salaire sur le marché du travail est aussi le reflet de leur déficit de compétences. À notre avis, la réforme devrait en tenir compte.

Comment faire autrement?

Ainsi, la seule façon d’éviter cette baisse de salaire est d’améliorer l’employabilité des chômeurs visés afin de favoriser leur emploi dans d’autres métiers, secteurs ou régions.

Selon nous, la proposition devrait exempter les chômeurs participant à des mesures de développement de l’employabilité de l’application des nouvelles dispositions. Cela créerait un incitatif positif à relever leurs compétences, améliorerait leur mobilité géographique et professionnelle et éviterait de les pénaliser pour une situation dont ils ne sont pas responsables.

Cette proposition est à coût nul car les enveloppes budgétaires transférées au provinces dans le cadre d’ententes serviraient à financer ces mesures.

En somme, il y a moyen de faire pour que tous y soeint gagnants.

Michel Cournoyer

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Offres d’Emploi (États-Unis et Canada)

Follow News In English On Job Market Monitor

Saisissez seulement votre adresse courriel pour recevoir un courriel vous informant qu'un nouveau billet vient d'être publié

Joignez-vous à 847 autres abonnés

Suivez l’actualité @MoniteurEmploi sur Twitter

Suivez Le Moniteur de l’emploi et Job Market Monitor, en même temps, sur Facebook !

%d blogueurs aiment ce contenu :